Suis-je un Geek ?

Par Thierry Chambeyron | samedi 08 novembre 2014

GeekLe sol est jonché de paquets de chips, rideaux et fenêtres sont fermés. Affalé sur son lit et arborant une barbe de trois jours,  notre « gamer » (c’est ainsi qu’on appelle les addicts aux jeux vidéos) ne quitte plus l’écran des yeux, obsédé par les exploits de son héros virtuel...

... Tel est le portrait type du véritable « Geek ». En effet, ce terme, d’origine anglo-américaine, désigne « les fans d’informatique, de jeux vidéo, toujours à l’affut des nouveautés et des dernières améliorations à apporter aux technologies numériques. »  (Larousse 2013).

Rassure-toi, cet article n’a pas pour but de descendre en flèche les nouvelles technologies, toutefois, j’aimerais te mettre en garde contre certaines habitudes qui, d’une manière très sournoise, pourraient bien altérer ta communion avec le Seigneur et détruire ta vie spirituelle. Pour être honnête, je commencerais en disant qu’il m’arrive de jouer avec mes enfants à des jeux vidéos (bien entendu, pas n’importe lesquels !), ces moments conviviaux sont un excellent moyen pour tisser des liens avec eux. Hélas, par manque de vigilance ou en raison d’une structure familiale fragile, bien des jeunes (et moins jeunes !) sont devenus litteralement accros à ces pratiques, oubliant les paroles de Paul : C’est pour la liberté que Christ nous a affranchi, … ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude. (Galates 5v1). D’autres se sont coupés de leur entourage, délaissant leurs responsabilités et négligeant même leurs études au profit de ces jeux dit « chronophages ». « J’ai triplé une année de fac parce que je passais mon temps à jouer à World of Warcraft » avouera un jeune. Ce qui n’était au début qu’une partie de plaisir devint peu à peu une pratique obsessionnelle et compulsive, une sorte de pathologie incurable et dévastatrice. Un spécialiste en la matière déclarait « le Geek connait parfois des périodes no-life (litt : sans vie) où il se coupe des autres pour se consacrer uniquement à sa passion ». Personnellement, j’ai toujours refusé de mettre un écran de télévision dans la chambre de mes enfants. Les jeux vidéos se jouent dans le salon, en famille ou pas du tout.

A cela j’ajouterai que si tu passes plus de temps devant ton écran que devant ta bible, si tu t’affales devant ta console au lieu d’aller à la réunion de prière, alors tu as un serieux problème !

En plus de l’addiction, d’autres dangers guettent l’amateur de jeu vidéo :

  1. Une tendance à l’apathie, ou paresse spirituelle. Un jeune disait : « mes parents me prennent pour un mollusque hyper-passif ! » (Ayez du zèle et non de la paresse - Rom.12v11)
  2. Le contact avec des scènes impures (violence à outrance, mots orduriers, monde satanique, images indécentes). La Bible dit : « Purifions-nous de toutes souillures de la chair et de l’esprit. (2 Co. 7v1)
  3. Le refus d’affronter la « vraie vie » en restant un éternel adolescent.

Pour terminer, j’inviterai chacun à la plus grande prudence, et si tu ressens le besoin d’être délivré de cette addiction, sache que Jésus peut le faire dès maintenant.

Thierry CHAMBEYRON




Tags: article
Catégorie : Articles pour les jeunes | 1 commentaire

Commentaires du sujet

  1. jeux casino a dit :
    le 28 novembre 2016

    Avatar Gravatar

    moi j'ai longtemps été un geek, de ma seconde à ma terminale je jouais à wow, puis ensuite à l'age de 18 ans je me suis trouvé une nouvelle passion pour les jeux de casino et particulièrement les machines à sous, j'y jouais jour et nuit et pensais que ca allait m'enrichir, c'est devenu assez vite addictif, vous savez quand vous commencez à gagner sur ce genre de jeux, vous devenez très vite accro. depuis jy joue seulement en démo? j'éprouve toujours du plaisir, mais ça s'arrête là, ça n'est pas si addictif

Fil RSS des commentaires de cet article

Ecrire un commentaire





Quelle est la troisième lettre du mot iwkr ? :