Les abeilles, ouvrières acharnées

Débora, nourrice de Rébecca mourut.

Genèse 35 v.8

Débora signifie “abeille”. Elle fut chargée de nourrir Rébecca.
Les abeilles sont indispensables à la survie des hommes, non seulement parce qu’elles fournissent le miel, mais surtout parce qu’elles assurent la pollinisation des fleurs, et donc concourent à notre alimentation.
Elles ne sont mentionnées que quatre fois dans la Bible, alors que le miel, issu de leur labeur, est mentionné soixante-cinq fois. Nous avons déjà là une précieuse indication concernant l’abnégation de ces ouvrières acharnées.
Ce qui revêt de l’importance, ce n’est pas qu’elles soient souvent citées, mais que ce qu’elles font soit mis en avant.
Nous y voyons comme un encouragement à œuvrer pour la seule gloire de Dieu !
Que nous puissions dire comme le psalmiste :

Mon œuvre est pour le roi.

Psaume 45 v.2

Si un jour il ne devait plus y avoir d’abeilles, donc plus de pollinisation, nous serions rapidement réduits à la famine au niveau mondial. Elles sont des vecteurs de vie. Comme elles, nous sommes appelés à favoriser l’éclosion de la vie spirituelle autour de nous.
Lorsqu’elles piquent, c’est au détriment de leur vie, car elles perdent leur aiguillon et en meurent. Le croyant se fait du mal à lui-même lorsqu’il se laisse aller à la violence ou à la colère.
Assez curieusement, les abeilles font partie de l’histoire de Samson qui dira :

Du fort est sorti le doux.

Juges 14 v.14

Mais pour que le doux apparaisse, il a fallu que le fort meure !
C’est comme pour nous rappeler que la douceur se manifeste lorsque la mort à nous-mêmes opère premièrement.