Sélectionné pour Christ

…Vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ.

(Galates 3 v.27)

Demander à être baptisé peut être quelque peu comparé au désir de faire partie d’une équipe sportive.
N’entre pas qui veut dans une équipe : il faut avoir été remarqué comme un joueur qualifié et avoir donné la preuve de la fermeté de son engagement.

C’est pour cela que le frère qui baptisera commence par poser des questions au candidat au baptême : “Es-tu converti ? As-tu vraiment le désir de suivre le Seigneur et sais-tu ce qu’il peut t’en coûter ?”

Bien sûr, il ne peut pas lire dans le cœur. Il se fie aux déclarations et au comportement de l’intéressé ; il demande l’aide du Seigneur Jésus, le chef de l’équipe, pour ne pas faire d’erreur.
Quand on fait partie de l’équipe et qu’on porte le maillot à ses couleurs, les choses ne font que commencer : on doit tenir sa place chaque fois qu’on est convoqué.

Mais il y a là une différence entre le membre d’une équipe sportive qui fait des matches de temps en temps et un chrétien : c’est dans tous les instants de sa vie que le chrétien est impliqué dans le témoignage individuel et communautaire.
Même si les maillots sont personnalisés, tous les joueurs portent les mêmes couleurs. Sous l’uniforme de Christ, les différences de culture, de niveau social ou intellectuel disparaissent au profit de l’attachement au capitaine, le Seigneur Jésus.
Celui-ci s’occupe activement de ceux qui mettent leur confiance en lui ; il prend soin de leur moral en les traitant en amis et en leur communiquant ses objectifs : pas de commandements rigides auxquels on doit obéir sans comprendre, mais des explications détaillées sur la meilleure manière d’être gagnants.

Le capitaine est attentif aussi à ce que personne ne pratique un jeu personnel en dehors des autres et surtout de lui. Il apprend à ceux qui seraient tentés de le faire qu’ils ne feront pas du bon travail s’ils s’isolent et agissent sans ses directives.

Enfin, même si une bonne équipe est plus que la somme des individualités qui la composent, il faut que chaque membre soit en bonne forme.
Or la “forme spirituelle” personnelle s’entretient et se développe, sous la conduite de l’Esprit de Dieu, par la piété (1 Timothée 4 v.7-8). Elle est liée à la prière, à la lecture de la Parole de Dieu et à son assimilation par sa mise en pratique.