Un filtre spirituel

Éternel, mets une garde à ma bouche, Veille sur la porte de mes lèvres !

Psaume 141 v. 3

Si tu sépares ce qui est précieux de ce qui est vil, tu seras comme ma bouche.

Jérémie 15 v. 19

En cette période de pandémie du Coronavirus, il est nécessaire d’adopter des gestes barrières pour éviter toute contamination : distanciation physique et surtout port d’un masque. Son rôle est de nous protéger les uns les autres : il filtre les fines gouttelettes infectées par le virus que nous émettons, en respirant ou en parlant, quand nous sommes contagieux.

Pandémie ou non, notre vie chrétienne se déroule dans un monde où sévit un virus redoutable : le péché.
L’apôtre Paul nous met en garde contre l’une de ses nombreuses manifestations : “Qu’aucune parole inconvenante ne sorte de votre bouche” (Éphésiens 4 v. 29).
Et Jacques nous prévient que notre langue est “un monde d’iniquité”, elle “souille le corps tout entier” (Jacques 3 v. 6).

On comprend alors pourquoi David, dans le premier verset cité, demande à Dieu de mettre “une garde” (un filtre) à sa bouche.
Mais comment tenir “notre langue en bride” (Jacques 1 v. 26) ?
Pour cela, le Seigneur Jésus a promis la présence en nous de l’Esprit Saint (Jean 14, 15 et 16).
Celui-ci nous régénère, verse l’amour de Dieu dans nos cœurs et nous donne la force de résister au péché. Et l’un des caractères de l’action de l’Esprit en nous est justement “la maîtrise de soi” (Galates 5 v.23), ce qui permettait à David de dire : “Ma pensée ne va pas au-delà de ma parole” (Psaume 17 v.3).

Dans le deuxième verset cité, Dieu indique à Jérémie le résultat de ce filtre spirituel. Le Saint-Esprit agit avec notre esprit pour séparer “ce qui est précieux de ce qui est vil”. Sous sa direction, c’est tout “naturellement” que nous apprenons à retenir “tout ce qui est colère, animosité, méchanceté, injures, paroles honteuses venant de (notre) bouche” (Colossiens 3 v.8).
Dans cette mesure, notre bouche peut être comme celle de Dieu et notre parole devient “bonne, propre à l’édification selon le besoin, (et elle) communique la grâce à ceux qui l’entendent” (Éphésiens 4 v.29).

Soyons donc “remplis de l’Esprit” (Éphésiens 5 v.18) et ne l’attristons pas (Éphésiens 4 v.30) par des paroles inconsidérées.
Que notre bouche parle avec l’amour de Dieu dont l’Esprit veut remplir notre cœur en abondance (Romains 5 v.5).